Astrophysique

Sans gravité il n’y aurait bien sûr ni étoiles ni galaxies, mais sans prendre en compte la physique fortement non-linéaire de la matière diluée dans l’espace nous ne comprendrions pas l’évolution cosmique. Cette physique est à la croisée de questions fondamentales tant en astrophysique (premières étoiles, formation et évolution des galaxies, grandes structures) qu’en physique (turbulence magnéto-hydrodynamique, complexité moléculaire) et en cosmologie (inflation, matière et énergie noires). Le développement prodigieux des moyens observationnels et la croissance des capacités de calcul ont en quelques années ouvert un domaine de recherche pluridisciplinaire absolument unique dans lequel la physique microscopique, celle multi-échelles de la turbulence et la cosmologie se rejoignent. C’est dans cette perspective que s’inscrit le futur de l’astrophysique à l’ENS.

L’axe Astrophysique est composé d’une seule équipe, éponyme de l’axe.

Astrophysique

Astrophysique
F. Boulanger (DR CNRS), M. Gerin (DR CNRS), B. Godard (Astr. Adj. Obs.), A. Gusdorf (CR CNRS), N.Kaiser (PR ENS), P. Lesaffre (DR CNRS), F. Levrier (MCF ENS), M. Pérault (DR CNRS), L. Petitdemange (CR CNRS)

Parmi les questions scientifiques abordées par l’équipe, on peut citer :
• en physique du milieu interstellaire et des étoiles : la régulation du taux de formation d’étoiles aux différentes époques cosmiques, la croissance des galaxies à flambées de formation d’étoiles, l’émergence des molécules dans la turbulence, la physique des chocs interstellaires, par exemple ceux provoqués par des explosions de supernovae, ou le fonctionnement des dynamos stellaires et planétaires ;
• en cosmologie : la nature de la matière et de l’énergie noires, la pertinence de modèles alternatifs à la relativité générale, la recherche des ondes gravitationnelles primordiales, ou la réionisation de l’Univers.

La résolution de ces questions implique d’importants développements méthodologiques incluant la simulation numérique et la modélisation des processus physiques, ainsi qu’une implication forte dans le développement et dans l’exploitation des grands moyens d’observation, fruits de collaborations parfois mondiales. Le défi posé par
l’intrication de l’astrophysique et de la cosmologie est au cœur du savoir-faire de l’équipe puisque la physique non-linéaire de la matière dans l’espace affecte à la fois l’observation des signatures cosmologiques et l’évolution cosmique.